Actus du Réseau APA

Deux nouveaux véhicules 4×4 pour l’APAMAD du Val d’Argent

Maximet Marinette antenne APAMAD LIEPVRE

Le jeudi 7 septembre, les nouveaux véhicules 4×4 de l’APAMAD ont effectué leur première tournée. L’enjeu ? Assurer la continuité du service dans les meilleures conditions et ce, même dans les endroits les plus reculés. 
Au cours des dernières semaines, le parc automobile du SSIAD (Service de Soins Infirmiers à Domicile) de l’antenne APAMAD de LIEPVRE a été renouvelé. Terminé les véhicules qui grincent, sans climatisation et sans GPS ! Ce sont ainsi 5 nouveaux véhicules dont 2 Panda 4×4 qui sont maintenant à disposition du personnel. Pratiques, ces véhicules tout-terrain sont parfaitement adaptés aux chemins rocailleux et aux petites rues du Val d’ARGENT. Les soignants d’APAMAD le constatent chaque hiver : quand l’eau gèle sur le chemin, il est parfois difficile de se rendre chez le bénéficiaire. Avec ces nouveaux véhicules équipés de climatisation et d’un support GPS, les aides-soignants gagnent en sécurité et en confort.
« Garantir la pérennité de la zone d’accès c’est aussi garantir la continuité de l’offre de soins de bien-être et de confort. Explique Maxime LERLEY, infirmier coordinateur des services de  Soins Infirmiers à Domicile et d’Accueil de Jour de LIEPVRE. En plus d’être utile au personnel du SSIAD, ces véhicules serviront aussi pour l’accueil de jour. On pourrait utiliser le Panda 4×4 pour chercher des personnes à domicile et les ramener à l’accueil de jour.» Avec le nouveau véhicule, même les personnes les plus reculées pourront être cherchées.

IMG_9618

Le SSIAD du Val d’Argent est composé de six aides-soignants(es) qui accompagnent une trentaine de patients. Maxime LERLEY, en poste depuis peu est heureux « de pouvoir travailler avec une équipe dynamique et compétente. » Depuis son arrivée au mois de juin, il a pu se rendre compte de l’importance de ces services basés à Lièpvre (SSIAD et l’accueil de jour). En effet, le personnel est apprécié des habitants mais l’antenne peut aussi être comprise comme un point de repère. « Par exemple, lors d’un retour d’hospitalisation, nous sommes des référents pour le  patient et sa famille ; nous les informons, les  accompagnons et nous sommes à leur écoute » conclut  l’infirmier coordinateur.

Retour à la liste