Actus du Réseau APA

Emploi : « Maintenant, j’ai trouvé ma place ! »

Des bilans de compétences chez DSHA

DSHA accompagne depuis 30 ans les publics en difficulté dans leur recherche d’emploi. L’association, membre du Réseau APA et spécialisée dans la mise à disposition de personnel, a été accréditée il y a un mois par Uniformation pour faire passer des bilans de compétences. Cet outil permet aux personnes de donner du sens au travail ou un nouveau projet professionnel. Premiers retours et focus sur la démarche…

 

« Je ne pensais pas que c’était pour moi ! » explique Clémence au sujet des bilans de compétences. La jeune femme qui a terminé le sien il y a quelques semaines poursuit « Avant, je me levais le matin en me disant que je faisais quelque chose que je n’aimais pas. C’était difficile. Alors quand j’ai eu l’opportunité de me lancer dans la démarche du bilan de compétences, je l’ai saisie ! » Clémence faisait partie du groupe test permettant à DSHA d’obtenir l’accréditation. Elle a suivi la totalité du processus qui se déroule sur une période de quatre mois. Eulalie BRAZ, conseillère en bilan de compétences et chargée de suivi socio-professionnel chez DSHA l’a accompagnée sur cette période : « Les bilans de compétence visent un résultat : c’est une synthèse de tout ce que la personne a fait et vers où elle se dirige. »

Concrètement, le bilan de compétence représente 24 heures d’échanges entre le conseiller et la personne accompagnée. La méthodologie est précise et adaptée : il s’agit d’analyser le vécu professionnel pour comprendre les sources de motivation et d’épanouissement, comme les raisons des difficultés, afin de reconstruire un projet professionnel en phase avec sa personnalité et ses compétences.

Résultat ? Clémence est restée dans son entreprise, avec de nouvelles fonctions. La jeune femme qui avait l’impression « d’être loin d’elle-même » explique que le bilan effectué lui a permis d’évoluer au sein de sa structure, en interne. « J’avais l’impression que mes compétences n’étaient pas bien utilisées ou de ne pas être à la bonne place. Maintenant, grâce aux résultats du bilan dont j’ai discuté avec ma hiérarchie, je participe à l’embauche des nouvelles recrues, les forme même. Maintenant je me sens à ma place ! ».

 

L’objectif des bilans de compétences est de permettre de trouver sa place dans la société.

« Utiliser cet outil permet d’augmenter encore d’un cran le niveau d’accompagnement proposé par DSHA, explique Eulalie BRAZ. Cela donne ainsi plus de profondeur à une approche basée avant tout sur l’humain. La personne se livre avec confiance et nous sommes responsables de cela. » Avec  une trentaine de bilans réalisés, c’est avec beaucoup de bienveillance que les professionnelles de DSHA assurent le suivi de ces bilans.

L’accréditation permet à DSHA de faire passer des bilans de compétences via Uniformation (partenaire emploi et formation des entreprises de l’économie sociale) à quiconque en fait la demande. Tous les publics sont concernés mais la spécificité du service est le public en insertion.

 

Atout spécifique pour une cible spécifique 

« Jusqu’à présent, il n’existait pas de structure spécialisée sur le secteur dans les bilans de compétences à destination des personnes en insertion, explique Marie STUTZ, responsable de DSHA. Avec cette nouvelle accréditation nous avons pour ambition de nous positionner comme tel. »

Que chacun, quel que soit sa situation, puisse accéder à l’emploi, reste la préoccupation principale de l’association DSHA qui a vu le jour il y a maintenant 30 ans. Elle est devenue au fil des ans l’une des plus importantes associations d’insertion de la région. Emanation du Réseau APA qui fête ses 70 ans cette année, elle est spécialisée dans la mise à disposition de personnel aux particuliers, entreprises et collectivités publiques. Ses salariés bénéficient d’un accompagnement et d’une formation préalable individualisée afin d’optimiser leur chance de trouver un emploi pérenne.

En savoir plus ? Contacter DSHA au 03 89 32 78 55

 

DSHA a accompagné 421 salariés en 2016 (347 en 2015) dont 80 bénéficiaires du RSA. Son taux de placement est passé de 45% à 71% en 2016.

Retour à la liste