Actus du Réseau APA

Retrouver la confiance en soi pour retrouver un emploi

DSHA atelier savoir etre

Pour retrouver un emploi, commencer par retrouver confiance en soi. C’est un des objectifs que s’est fixé DSHA dans le cadre de ses missions. L’association, spécialisée dans la mise à disposition de personnel, propose des formations à ses salariés permettant d’ajuster et de valoriser leur savoir-être aux côtés de leur savoir-faire. L’enjeu derrière cette démarche : accroître la fiabilité professionnelle.

« On voit la vie différemment », explique Martine, 51 ans, « j’ai appris des choses sur moi. Des choses que je n’aurais pas pu dévoiler toute seule ». Lundi dernier, elle a participé avec une dizaine d’autres collègues à la formation « Communication orale et savoir-être » organisée par l’association DSHA. Derrière cette appellation se cachent des conseils, astuces et recommandations pour mieux s’organiser dans son travail quotidien, ajuster et adopter un comportement professionnel ou, plus simplement, savoir mieux communiquer et… se mettre en valeur. Et visiblement, la magie opère rapidement ! « Le premier jour, nous avons essayé des tissus de couleur pour voir quelle teinte d’habit nous allait le mieux », témoigne une participante. « Le lendemain de ce test, tout le monde est venu vêtu des couleurs que je leur avais conseillé ! », explique, tout sourire la formatrice, Nathalie Presclere.

Savoir-être

« Au quotidien, la plupart des personnes présentes ici travaillent seules. Ce genre de formation est alors primordial car elle leur permet de partager avec les collègues leurs doutes, interrogations et idées », poursuit la formatrice. Maîtrisant un savoir-faire, les personnes présentes n’ont pas obligatoirement reçues une formation spécifique de « savoir-être » au travail. « Elles ne savent pas forcément comment réagir lorsqu’elles essuient un refus ou lorsqu’un client est de mauvaise humeur par exemple », explique Nathalie Presclere. Alors quels conseils sont prodigués pendant cette formation ? « Je leur explique surtout qu’il faut baisser les enjeux et la pression, d’apprendre à respirer. Et de prendre du temps pour soi ».

Fiabilité

L’enjeu de cette formation est d’apprendre à se comporter de manière professionnelle. « Si la personne est irréprochable professionnellement, cela veut dire qu’elle est fiable et c’est ce qui est important pour l’employeur », conclut Nathalie Persclere. « Cette formation m’a fait réfléchir sur mon métier », explique une jeune participante, « je me rends compte qu’il faut que je prenne des initiatives, que j’ose formuler des demandes et poser des questions, et que cela fait aussi bien partie d’une attitude professionnelle ! ».

Le retour à l’emploi par DSHA

Association dite « intermédiaire », DSHA constitue un tremplin professionnel pour près de 350 haut-rhinois chaque année. Son pari ? Redonner de la confiance en soi et rendre visibles les compétences des demandeurs d’emploi pour qu’ils rouvrent, eux-mêmes, les portes d’un emploi durable.
La spécificité de DSHA est de lutter contre le chômage en générant de l’activité économique localement (Haut-Rhin). En 2015, 34% des salariés accompagnés par DSHA étaient en chômage de longue durée. Concrètement, DSHA embauche des haut-rhinois éloignés de l’emploi pour leur remettre un pied dans la vie professionnelle. « L’emploi appelle l’emploi, reprend Marie Stutz, nouvelle responsable de l’association. Être en activité professionnelle favorise le déclenchement d’autres missions, et enfin l’embauche. »Un accompagnement global et personnalisé (qui prend en compte le vécu, les difficultés personnelles et surtout le potentiel) permet de faire émerger les compétences, redonner confiance, et ainsi retrouver un emploi durable. « Chacun a des capacités et peut trouver sa place. Mais pour convaincre un recruteur, il faut savoir se valoriser et retrouver la confiance en soi. » Affirme Marie Stutz. Afin de pouvoir fournir des missions salariées, DSHA travaille avec des collectivités, entreprises ou autres associations qui ont ponctuellement besoin de main d’œuvre supplémentaire ou de remplacer des salariés absents.

La diversité de l’accompagnement

En parallèle à la mission salariée, l’accompagnement personnalisé que construisent les chargés de suivi socio-professionnel, en lien avec le projet professionnel du demandeur d’emploi, peut prendre différentes formes :

  • des ateliers internes de techniques de recherche d’emploi (créer son CV, répondre à une annonce, se préparer à un entretien), ou en partenariat avec Pôle Emploi (les droits et devoirs du demandeur d’emploi…),
  • de l’accompagnement social avec par exemple des interventions de la CPAM (présentation du bilan de santé…)
  • des entretiens de suivis personnalisés pour soutenir, encourager, conseiller, orienter…
  • des évaluations des aptitudes professionnelles sur lieu de travail (au cours de la mission salariée)
  • ainsi que diverses formations
Retour à la liste