Actus du Réseau APA

Une nouvelle ère présidentielle

2

Après 15 années à la tête du Réseau APA, Jean-Marie Meyer a laissé la place à Denis Thomas. Tour à tour directeur d’une maison de retraite, directeur-adjoint d’un centre gériatrique ou encore directeur général des Papillons Blancs du Haut-Rhin, Denis Thomas est donc loin d’être un débutant dans le monde associatif et gérontologique. Endosser la fonction de président d’un tel réseau historique représente un nouveau challenge dans la vie de ce natif de Lautenbach. Qui est le « new president » du Réseau APA et à quoi ressemblent ses journées ? Rencontre.

Lorsqu’on demande à Denis Thomas ce qu’il affectionne le plus dans sa fonction, il répond spontanément: le relationnel. « Je rencontre énormément de publics différents. Entre les élus, les financeurs, les bénéficiaires, les bénévoles, les salariés, les pouvoirs publics, j’ai la chance d’avoir des échanges extrêmement riches et variés ». Pourtant, rien ne prédestinait cet « Alsacien du cru », selon ses mots, à évoluer dans ce milieu. Amoureux des langues, Denis Thomas se rêvait d’abord professeur d’anglais et d’allemand, mais il commence finalement une carrière dans le social en devenant rédacteur juridique dans la protection sociale agricole. Puis, il réussit un concours pour entrer dans le milieu hospitalier.
Après son passage à l’hôpital de Mulhouse, Denis Thomas ne quittera plus le milieu médico-social. Maison de retraite dans les Yvelines, centre gériatrique dirigé par l’héritier du trône de France (ça ne s’invente pas !), centre de rééducation niché dans les montagnes iséroises puis directeur général d’une asssociation à Grenoble pour terminer par les Papillons Blancs : le « fil rouge médico-social » restera le même tout a long de sa carrière.

Denis Thomas et Pierre Kammerer

Denis Thomas (à gauche) et Pierre Kammerer, directeur-général, se rencontrent toutes les 3 semaines (sauf urgence !) : « C’est important de se rencontrer régulièrement pour rester en phase sur les dossiers actuels », explique le président.

Un côté batailleur

Il restera à la tête des Papillons Blancs jusqu’en 2012, année de sa retraite. Mais point d’inactivité pour Denis Thomas ! Très rapidement Jean-Marie Meyer lui propose de postuler à la présidence de l’Association Soins et Hébergement pour Personnes Agées (ASHPA). Et lorsque Jean-Marie Meyer annonce son souhait de se retirer du Réseau APA au milieu de l’année 2014, le retraité décide de candidater pour lui succéder. « Le Réseau APA est un bel outil dans le paysage haut-rhinois, c’est une organisation qui a une véritable assise historique et tout le défi est d’assurer sa pérennité », explique-t-il. Et les défis pour les années à venir sont de taille, « il faut se battre pour la population que nous représentons », poursuit-il, « dans un contexte économique difficile et la réticence des gens à s’engager dans le bénévolat, c’est un combat de tous les instants ». Avec son côté batailleur, Denis Thomas n’est pas un président qui cherche les honneurs : « Avoir du pouvoir ne m’intéresse pas, écouter, construire, développer, c’est ça qui m’importe ! ».

Venez voir par vous-même

« Il faut constamment rencontrer les décideurs », explique Denis Thomas. Entre les rendez-vous avec les élus, la direction ou les rencontres sur le terrain, être président du Réseau APA c’est enfiler le costume de fin stratège. « Je dis toujours autour de moi : la maison est grande ouverte, venez voir par vous-même ! ». A la fin de la journée, le président garde le même objectif : inscrire résolument le Réseau APA dans le Présent et l’Avenir.

Retour à la liste